L’enfant qui ne dit rien

enfant

On ne sait pas comment il s’appelle. On ne sait pas quel âge, il a. Il est gentil, sage et souriant. Sa discrétion est légendaire, tu peux être au même endroit que lui sans même ressentir sa compagnie. Il en devient transparent avec le temps qui passe. On peut même l’oublier.

Ce qu’on sait sur lui, c’est qu’il vit les mêmes choses que toi, il les ressent aussi et pourtant, il ne dit rien.

Sa vie est un rêve éveillé. Le rêve à chaque instant parce que c’est dans le monde qu’il se crée qu’il se sent le mieux. Vu que son espace vital ne se mélange que rarement au tien, c’est dans ce monde-là qu’il a sa place.

La meilleure façon d’occuper ses journées, c’est d’observer les gens qui t’entourent. Constater leurs vies et leurs façons de vivre. Regarder comment les gens sont heureux, être triste pour ces gens qui sont malheureux. Mais il ne dit rien. Et puis il rêve, à ce qu’il a vu durant sa journée, mais en mieux, en bien, en beau et ses nuits se remplissent de magies, d’étoiles et d’amour.

Les gens sont si proches et si loin en même temps. Chacun dans sa vie, dans sa bulle, dans ses préoccupations. Il aimerait pourtant entrer en contact avec certains d’entre eux, ceux qui l’intriguent, ceux qui l’attirent affectueusement, ceux qui sont familiers, ceux que l’on appelle ami et puis toi surtout. Mais il ne dit rien et laisse venir à lui ceux qui le désirent. Il partage sa bulle un instant, il écoute, il ressent l’empathie, il partage la joie de l’autre, il vit ses émotions et puis il le laisse partir sans dire un mot de plus. Simplement parce qu’il respecte son besoin du moment. Et il continue de t’attendre.

Les émotions qu’il vit, il les vit pour deux, mais il est pourtant le seul à les ressentir de cette façon-là.

Dans sa maison, il y a une pièce remplie de masque, des masques qui représentent une multitude d’émotions, un pour chacune, mais en version toujours un peu plus ou toujours un peu moins. L’attirail parfait pour être toujours quelqu’un d’autre. Il n’aime pas cette pièce-là. Mais bien peu de personnes s’en préoccupent.

Il y a aussi la pièce des archives. Il y passe parfois. Il y a des photos en masse, des livres d’histoires remplissent les étagères. Des dossiers sur les autres personnes s’entassent dans des bibliothèques. C’est une pièce où il passe de temps en temps. Cette pièce l’attire, il a besoin de regarder ces photos, ces livres, ces dossiers parce que chaque élément lui rappelle quelque chose, chaque personne est passée dans sa bulle à un moment ou à un autre. Il a tant de choses à raconter. Le seul problème, c’est que dès qu’il entre dans la pièce, ouvre un dossier, regarde une photo ou lit quelques lignes d’un livre, il est automatiquement soufflé dehors par une force extérieure.

Dans ces moments-là, il s’assoit et.. il ne dit rien !

Cet enfant vit là depuis 10 ans, 20 ans parfois même 50 ans ou plus. Il restera un enfant toute sa vie. Il traverse les décennies comme toi, il vit des choses, il voit des gens, il ressent de l’amour, de la joie, de la colère, comme TOI, mais il ne dit rien, il ne dit jamais rien et il attend.

Il t’attend ! Parce que cet enfant, c’est le tien ! Ton enfant intérieur. Celui qui vit en toi, celui qui a tout vu, tout vécu comme TOI mais qui n’a rien ressentit pareil parce qu’il ne s’est jamais caché de ses émotions. Il a tout vécu réellement, il a tout ressenti avec sincérité.

Il attend pour t’expliquer tellement de choses que tu as balayé sur ton chemin d’un simple revers. Il attend pour faire le bilan avec toi de la pièce des archives. Toutes ces choses que tu as refusé d’écouter, de voir, de ressentir, de travailler. Tout ce que tu as occulté. Il peut en parler avec toi, il a besoin d’en parler avec toi. Il a besoin de TOI ! Il est bienveillant, sans jugements, sans reproches.

Il t’attend aussi pour te dire que la pièce des masques lui fait peur, cette pièce l’enfonce à chaque fois plus bas, plus loin de toi. Cette pièce le tue un petit peu plus à chaque fois que tu t’en sers. Parce que tu l’empêches d’être, tu l’empêches de ressentir avec toi et tu ne lui expliques pas.

Cet enfant aujourd’hui, c’est à toi de le protéger, de le rassurer, parce que le temps a passé et tu es capable d’en prendre soin. Écoute-le, il a plein de bonnes choses à t’apprendre sur toi-même. Encourage-le à s’exprimer parce qu’il t’aidera à faire le tri positif dans la pièce des archives. Laisse-le te montrer comment vivre tes émotions et transforme ta pièce des masques en pièce à bons souvenirs. Elle sera plus utile.

Prends soin de toi et de ton enfant intérieur. Faites la paix et tu ne sera plus jamais seul !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.