Un bilan par écrit

bilan

 

Si ce soir je devais faire la paix avec toi ma plume…
Si sur base de cette vie, de cette journée, de ce moment je devais te reprendre au bout de mes doigts…
Qu est ce que je dirais ?!

Tu m’as toujours fait écrire avec mon cœur, tu as toujours traduit ce que je ressentais au fond de moi…

Ça fait tellement d’années que je t’ai laissée de côté avec ce cœur dans ce petit coffre scellé à maintes fois, à chaque peine, à chaque déception…

Si je devais te laisser traduire ce que j’ai envie d’hurler si fort… Qu’est ce qui en ressortirait ?!

À chaque jour suffit sa peine, chacun son lot de vécu, chacun sa barque et ses problèmes mais… N’est on pas tous sur cette terre à se battre pour le même but ? Qu’il soit seul ou commun ? Ne désirons pas tous la même destinée ?

Si j’avais la moindre envie d’écrire avec mes tripes… suite à tout ça !

Je pense que la seule chose que je dirai à chacun c’est…

Mais merde… Vous faites quoi ?! Pourquoi est ce que je lis autant de misère en ouvrant mon journal, pourquoi est ce qu’il vous faut autant de claques pour vous relevez, pourquoi est ce que ce monde ne comprend pas que le bonheur est plus simple que… consommer, consoler, compenser !
Tout ça est en nous, suffit de le vouloir, suffit de regarder, suffit de creuser et d’y croire!

Vous êtes les maîtres de vos vies !
Personne n’a voulu se lever un matin et saccager la joie d’un autre juste pour le geste, personne ne peut être aussi fondalement CON. Alors vous faites quoi à la une de mon journal ? Vous faites quoi avec deux simples lettres comme représentations dans les faits divers? Ces faits que personne ne lit avec grande attention…

Pourquoi rêve t-on d’îles désertes au lieu de penser à l’unisson ? Pourquoi rêve t-on de révolution au lieu d’envisager des solutions ? Pourquoi est ce qu’on s’enferme dans ces putains de vies de moutons égoïstes en essayant juste de sauver son cul et de ressentir ces quelques secondes de bonheur par-ci par-là en se disant que la vie c’est ça…

Je ne cherche pas ces réponses, je ne cherche plus ces réponses, je fais comme tout le monde, je fuis, je cours, je m’enfuis des journaux, des infos, de ces matraquages médiatiques, d’un bourrage de crâne sociétaire et j’essaie de vivre l’instant présent comme une aveugle du monde qui m’entoure parce que c’est clair… Moi et mes deux bras on peut pas le sauver…

Si ce soir je devais faire la paix avec toi ma plume que j’ai brisé il y a des années, si je devais te laisser parler toi mon cœur… Si seulement ces paroles pouvaient atteindre une personne puis une autre…

Je dirai… lève toi, regarde toi dans le miroir et constate que tu es quelqu’un, aime toi, un jour puis un autre encore… et espère… espère avec moi que dans plusieurs matins nous serons de plus en plus à le faire et qu’un jour peut-être nous nous regarderons avec moins de suspicions, moins de préjugés et… plus d’amour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.