Medias Archives • Page 4 of 19 • Just1Regard
Écoute moi quand je parle !

Écoute moi quand je parle !

Cette courte vidéo fait partie des conférences TED, ces conférences sont tout bonnement géniales. Et cette vidéo rejoint le texte de mercredi. La communication. Comment écouter ? Comment parler ? On est à l’aube d’un long week-end festif, elle ne vous prendre que 12 min de votre temps. 

Quand communiquer devient un art !

Quand communiquer devient un art !

Il y a quelques jours, j’ai pris le temps d’expliquer à un bonhomme de 9 ans qu’on ne répond pas à quelqu’un qui crie en criant. Dans cette même période, je me suis aventurée à regarder le journal télévisé. (chose que je ne fais absolument plus), j’ai écouté autour de moi, j’ai observé les gens et je constate de plus en plus que communiquer est vraiment devenu quelque chose de compliqué.  Mais pourquoi?  Je me souviens bien que petite, on me demandait souvent de me taire parce que les grands parlent. Est ce que cela pourrait expliquer des choses? Je ne pense pas. Je me souviens aussi que j’ai dû lire un livre il y a quelques années pour apprendre à communiquer. Personnellement, je suis muette, quand une situation me contrarie, me frustre, me met en colère, je ne moufte plus un son. Mais depuis la lecture de ce livre. Je me suis attelée à réapprendre à communiquer. Et ma vie est devenue beaucoup plus simple !  Comment ça se passe?  Premièrement, l’art de la communication passe par l’écoute ! Étrange non ? J’écris un article sur comment mieux se parler et au final le premier conseil que je donne, c’est d’écouter. Lorsque que nous avons une conversation à deux ou à plusieurs, la plupart du temps (puisque nos temps, ensemble, deviennent courts et ultra programmé) tout le monde à plein de choses à dire et au bout de quelques heures, au moment ou tout le monde rentre chez soi, personne ne s’est vraiment parlé parce que personne ne s’est vraiment écouté !  Je t’écoute ! Écoutez votre interlocuteur, ne terminez pas ses phrases, laissez lui le temps de le faire. Accordez-lui votre attention complète, posez des questions si vous n’avez pas saisi tout ce qu’il explique et montrez lui un réel intérêt dans ce qu’il vous raconte. Accordez-vous tous les deux des temps de parole équilibrés. Une relation saine rime avec une communication saine. Il ne doit pas y avoir qu’une seule personne qui parle. Mais lorsque l’un des deux parle, écoutez-le, attentivement, rebondissez sur ce qu’il dit, mais ne l’interrompez pas avec vos histoires, vous aurez votre temps après. Offrez-vous des communications de qualité. Si vous n’êtes pas sûr de ce que vous comprenez, posez des questions ouvertes afin d’éclaircir le dialogue.  Je ! Parlez en “je”. Ils vous apprennent ça chez les alcooliques anonymes, ne toujours parler qu’en son nom. Il ne sert à rien de parler à la place des autres, de un, s’ils ne sont pas présent ce n’est pas hyper poli, par contre s’ils sont présents c’est encore pire que de l’impolitesse, la personne concernée a tout autant le droit de s’exprimer elle même, que vous. Évitez d’écraser et de monopoliser une conversation. Tout le monde ne prend pas la même place dans une pièce et tout le monde ne prend pas la conversation au même rythme. L’exemple type sera l’introverti et l’extraverti. Les deux ont des choses à dire, mais ils n’utilisent pas les mêmes procédés pour le faire. Parlez en “je” permets aussi de se positionner, vous vous impliquez totalement en parlant de vous à la première personne. Essayez ! Vous comprendrez vite.  Clair, net et précis ! Lorsque que vous prenez la parole, ne restez pas dans le vague, parlez précis et clair. C’est plus agréable pour votre interlocuteur d’avoir une discussion compréhensible rapidement. L’exemple le plus simple. Vous discutez avec un(e) proche. Ne faites pas en sorte que ce soit l’autre qui doive vous tirer les vers du nez, exprimez clairement et simplement ce que vous désirez, ressentez, exprimez les faits tels qu’ils se sont passés sans rentrer dans les détails colorisés. Il n’y a rien de plus gavant que quelqu’un qui tourne 4 heures autour du pot ou quelqu’un qui met 1 heure à raconter son passage à la boulangerie alors que ce n’était même pas le fondement de l’histoire. Apprenez à être concis, précis, parlez avec votre cœur, vos émotions, dites les choses telles que vous les vivez à l’intérieur, mais n’entrez pas dans une encyclopédie de superlatifs. Je pense que l’on peut partir du simple principe de garder son interlocuteur alerte à la conversation. Nous sommes quelque part tous des orateurs quand nous discutons. Et la simplicité des mots et des maux vient de votre cœur !  Quand un silence se fait, un ange passe.  Ne pensez pas qu’un silence dans une conversation signifie l’ennui. Bon, on ne va pas tenir en compte ceux qui sont vraiment de l’ennui. Mais toute bonne conversation se targue aussi de silence. Une discussion réussie se fait avec de l’écoute, des paroles simples et claires et aussi des silences. La conversation passe par tous vos mécanismes cérébraux et intellectuels. La compréhension passe aussi par l’analyse de ce qui est dit. Quelqu’un qui vous écoute correctement, ne doit pas juste entendre ce que vous dites, mais cela doit aussi lui faire sens dans sa tête et pour ça encore une fois chacun à son cheminement. Personnellement, si vous abordez avec moi un sujet lourd et compliqué, vous n’aurez pas un son de ma bouche, parce que je cherche à bien entendre, écouter et comprendre ce que vous exprimez. Et j’interviendrai quand vous aurez fini d’exposer votre fait ou si j’ai perdu le fil de votre histoire.  Avec une dose de respect ? Je rebondis là-dessus, en précisant que la communication est aussi pourvue de respect. Il n’y a rien de plus frustrant que quelqu’un qui fait semblant de vous écouter alors que sa tête est tout à fait ailleurs. Nous avons tous, un flot de pensées continu dans notre tête et c’est légitime, par moment, d’être submergé par celui-ci. Alors s’il vous plaît respecter votre interlocuteur en lui disant simplement, ” Excuse-moi, mais je ne suis pas disposé(e) à t’écouter pleinement maintenant et le sujet me semble important. Peut-on reprendre cette conversation plus tard ?”  Ça a l’air pompant et présomptueux ? Détrompez-vous ! ” Excuse-moi, mais j’ai perdu le fil, des pensées ont tout perturbés, la dernière chose que j’ai comprise était … , peux-tu répéter ?”  Rien de vulgaire, aucun manque de respect, que du contraire ! Vous valorisez votre écoute et vous offrez un moment de qualité à votre interlocuteur. Il ne vous faudra que quelques tentatives pour mettre ces mécanismes en place.  Donnez tout ! Enfin parlez avec tout ce qui fait votre personne, votre bouche, votre diction, votre verbiage, votre corps, vos tonalités. Ne sur-jouez pas, ne rentrez pas dans des rôles qui ne sont pas vous, c’est des pertes de temps, laissez ça au monde télévisuel. Si je vous écrivais tous ces textes sous forme de grande poésie, j’en aurais perdu plus d’un. J’aime ça la grande littérature, mais pas […]

Don’t worry, he won’t get far on foot

Don’t worry, he won’t get far on foot

Même après avoir failli mourir dans un accident de la route lors d’une nuit de beuverie avec son ami Dexter, John Callahan n’a pas la moindre intention d’arrêter de boire. Il finit pourtant par suivre une cure de désintoxication, soutenu par sa compagne et un mentor charismatique, et se découvre alors un don inattendu… Il crée des dessins à l’humour noir, satirique et insolent, qui lui vaudront un succès international dès leur publication dans la presse. En dessinant, Callahan découvre une nouvelle manière de voir la vie…  

Je te demande pardon !

Je te demande pardon !

Nous avons tous vécu des situations qui nous ont mit en colère ou blessé. Nous avons tous des personnes qui nous mettent hors de nous ou qui nous brise le cœur. Nous bousculons tous quelqu’un a un moment. Et nous sommes tous des êtres non-parfait doté de la capacité à faire mal à quelqu’un. Nous avons beau faire de notre mieux, nous restons des humains vivants sous leurs émotions et il peut arriver que nous soyons totalement blessant ou très indélicat.  Pardonner à l’autre : Peu importe la nature de ce qui nous a blessé ou mit en colère, peu importe depuis combien de temps cela dure. Il n’y a qu’un remède… Le pardon. Je ne dis pas que nous devons fermer les yeux sur ce qui s’est passé et pardonner bêtement. Je parle d’un réel pardon qui vient de l’intérieur, du plus profond de vous-même. Un pardon analysé et réfléchit. Prenons un exemple au hasard.  “La soirée d’hier était horrible, disputes sur disputes, l’énervement et la colère montant, des mots ont dépassés des pensées et sous le poids de ces paroles des fractures se sont créées. Le silence s’est installé et vous êtes dans le jeu du premier qui craque et s’excusera.“ Un autre “Durant votre enfance, quelque chose de dramatique s’est produit, cela fait 20 ans que vous vivez avec ça et que vous nourrissez de l’amertume et de la colère vis-à-vis de ça” Alors je précise que tout ceci n’est pas si simple et ne dépend parfois pas que du pardon. Pour certaines blessures de longues durées, une thérapie est parfois envisageable, parce que depuis le temps, vous pourriez avoir affecté d’autres domaines de votre vie.  Et concernant le premier exemple, nous partons du principe que tout allait bien à la base et que c’est juste une dispute entre deux personnes. Je ne soulève aucun autre problème. Si ce n’est peut-être déjà un problème de communication chez les deux parties. Mais tout ça sont des autres sujets.  Revenons à notre pardon.  Quel que soit l’exemple, la première phase, c’est l’analyse. Quelle était exactement la situation, il ne s’agit pas de se torturer l’esprit en revivant la scène, mais juste d’être objectif/ve en ne se racontant pas les choses à son avantage. Deuxième phase, la dédramatisation/relativisation. Ce qui a été, a été, vous ne savez plus rien y changer. Les actes sont faits, les mots ont été prononcés et la situation actuelle est bien cella-la. Troisième phase, pardonner. Pardonner les faiblesses d’un autre être humain, pardonner ses maladresses, ses manquements, ses non-dits ou ses non-faire. Pardonnez, comme je disais, mais pas bêtement, pardonnez avec votre coeur. Pensez à la personne, visualisez la personne, et pardonnez… “Je te pardonne pour …. parce que …” Et vous savez quoi, votre “parce que” finira toujours par être le même.  Parce que je suis aussi un humain et que je pourrai aussi commettre ce genre d’erreur. Parce que si je continue de nourrir cette colère en moi, c’est moi que je fais souffrir. Parce que je t’aime et je m’aime suffisamment pour regarder les choses autrement.  Pardonnez pour vous libérer ! Pardonnez pour avancer ! Pardonnez pour retrouver la paix intérieure.  Je me pardonne : Il en va de même pour nous.  Reprenez chacune des situations pour lesquelles vous vous sentez coupable, rejouez la scène, visualisez la personne. Dédramatisez, vous ne savez plus rien y changer à ce moment-là. Et pardonnez vous.  Je me pardonne pour … Parce que …  Pardonnez-vous pour pouvoir avancer. C’est hyper important.  Chaque moment, chaque personne que vous avez choisis de ne pas pardonner, pour lesquelles vous nourrissez de la colère, de la peine ou autre. Chaque personne impliquée dans ce genre de situation, ou chaque situation qui n’implique que vous, elles viennent s’installer tranquillement sur vos petites épaules, elles s’entassent et vous tassent. Et avec le temps tout ça freine votre avancement parce que vous ne serez plus capable de voir les belles choses. Ce poids deviendra trop douloureux et noircira votre regard. Vous vous chargerez de ressentis négatifs liés au passé et cela ne vous rendra pas service dans le présent.  Alors installez-vous avec vous-même, prenez un bic et un papier, votre honnêteté, vos mouchoirs et vos souvenirs. Faites de temps en temps des séances de pardon pour vous libérer. C’est difficile émotionnellement, mais c’est tellement bénéfique pour votre présent et votre futur.  Prenez soin de vous, c’est ça aussi ! 

Rendez-vous en terre inconnue

Rendez-vous en terre inconnue

Pour le temps qu’il est en ligne, faites vous plaisir ! Ces reportages sont toujours magnifique mais celui envoie du lourd au niveau “message de vie”. Bon visionnage à vous !