Medias Archives • Page 8 of 15 • Just1Regard
Dépasser ses peurs

Dépasser ses peurs

  Une intro ? Voici un sujet que j’affectionne beaucoup parce que je l’ai présenté de façon à dépasser une des miennes “ Parler en public!”, j’ai déjà exprimé dans une autre story ici sur medium que je souffrais d’un manque de confiance en moi. Les deux pouvant être liés, j’étais tétanisée ! Mais je me suis prouvée que je pouvais être plus que quelqu’un d’effrayé en présentant ce sujet devant des dizaines de personnes. C’était pas une présentation du feu de dieu mais pour moi c’était un exploit ! Mais d’abord qu’est ce que la peur? Le dictionnaire nous dit “Sentiment de forte inquiétude en présence ou en l’idée d’un danger, d’une menace”. Ça c’est bien entendu la théorie. On sait très bien que ce que nous ressentons est au delà cette définition ! Avec les décennies qui ont passées, la peur a été rangée dans la catégorie des sentiments négatifs, avoir peur n’est pas bon aujourd’hui. Je dirai, FAUX ! Il faut quand même se rappeler que du temps des hommes des cavernes c’est grâce à la partie reptilienne de notre cerveau, c’est à dire celle qui déclenche la peur, que nous restions en vie face au danger. C’est toujours grâce à la peur que nous avons conscience que nous ne ferons pas le poids devant quelqu’un armé jusqu’aux dents, enragé et dépourvu de sens moral. Les 4 sentiments primaires La peur fait partie de ces 4 sentiments avec la joie, la tristesse et la colère. La peur est un signal émotionnel qui ne se contrôle pas. Maintenant c’est un sentiment qu’il est possible d’apprivoiser. Chacun de ces 4 sentiments jouent un rôle positif dans notre bien-être. Et de eux découlent une multitude d’autres sentiments. Il est normal de les ressentir, il est sain de les laisser vivre en vous et il est intelligent d’apprendre à les écouter, les comprendre et faire avec eux votre quotidien. Pourquoi est ce qu’on a peur? La première chose à faire au moment ou nous sommes effrayés est de faire la différence entre menace réelle et menace imaginaire. A l’heure actuelle beaucoup d’entres elles sont imaginaires. Elles naissent de nos pensées négatives, via le bourrage de crâne, ou depuis les traumatismes d’avant. Si vous tourner en boucle un scénario catastrophe dans votre tête pendant des heures, des jours, il y autant de chances qu’il se passe comme autant de chance qu’il ne se passe juste, rien du tout ! Avoir peur de l’inconnu est assez courant, mais imaginer l’inconnu en version catastrophe est clairement une perte de temps. (Je ne juge pas, bien entendu, j’ai mainte et mainte fois pratiqué cet exercice néfaste) Si vous passez des jours entiers à regarder les infos, des documentaires sur la situation mondiale, et même un petite série qui relate les guerres et les centaines de milliers de morts dans le sud de la planète. Il y a d’énormes chances que vous soyez stressé à l’idée de sortir de chez vous. Si vous ne pensez pas à soigner vos blessures d’avant, elles viendront à vous encore et encore jusqu’à ce que vous vous en occupiez (Voir ma story sur l’acceptation). Les mauvais souvenirs peuvent créer des blocages en nous, des fausses croyances parfois aussi. Tout ça pour dire que de ces comportements là vont naitre le stress, l’anxiété, l’hésitation, la boule au ventre, la panique en allant jusqu’aux crises d’angoisses. NOUS NE POUVONS PAS TOUT CONTRÔLER, Il y aura toujours un imprévu, quelqu’un ou quelque chose qui nous fera sortir de notre zone de confort. Mais acceptez que ressentir la peur est normal, le but est de parvenir à ne pas en perdre nos moyens, ne pas en être paralysé. Identifier ses peurs Afin de savoir si votre peur est réelle, fondée et possible ou si au contraire elle sort totalement de votre imagination et du dernier film que vous avez vu (on a tous des talents de scénariste) vous devez la mettre en situation. Je m’explique… Choisissez l’une de vos peurs, le noir, le vide, les inconnus, parler en public, les araignées, les pigeons, les vers de terre… Et dans votre tête visualisez le pire, mais le pire du pire qu’il pourrait arriver. Ensuite demandez vous si c’est réaliste? Vous verrez que c’est souvent non 🙂 Pour exemple, lors de ma présentation, j’avais cité ma phobie des araignées. Lorsque j’ai commencé à travailler cette peur, j’habitais dans un rez-de-chaussée à la hauteur des caves, ma petite terrasse était entourée des haies des voisins et de leurs escaliers. Dans ces mêmes haies vivaient une quantité incroyable d’araignée de taille moyenne, mais à cette époque là elles étaient GÉANTES, aux pattes crochues, de couleurs fantaisistes, ce qui les rend encore plus effrayantes que la banale noire. Ma mise en situation était que… Un matin j’allais me lever et en allant sur ma terrasse, j’aurais constaté que ces mêmes affreuses auraient cernés toutes les haies, fait des toiles reliant le moindre recoin de ma terrasse et elles auraient pris le pouvoir des lieux. Alors ? On s’interroge… ? Si je pousse ma mauvaise foi au maximum c’est totalement réalisable ! Elles auraient pu s’éclater à faire une toile géante et organiser le festival de l’araignée dedans mais… de un je pense que ça leur prend plus d’une nuit pour réaliser une oeuvre comme celle là. De deux je prends un briquet et je fais Roufff la grand toile en quelques secondes. De trois j’ai quand même la porte d’entrée de l’appartement pour sortir… Peur réelle ? Bah non, totalement imaginaire et non fondée. Suite au prochain chapitre ? Pourquoi vos projets n’avancent pas? Pensez à quelque chose que vous voudriez réaliser depuis bien longtemps mais qui n’a pas bougé d’un pouce. Peu importe le domaine, peu importe son importance, choisissez quelque chose que vous voulez accomplir mais que vous n’avez pas encore entrepris. Ensuite posez vous deux questions… “Quel serait le pire qui pourrait m’arriver si ce projet se réalisait?” “Quel est le positif depuis tout ce temps suite à la non-réalisation de ce projet ?” Si dans vos réponses vous vous confrontez à l’une de vos peurs, retourner à l’exercice précédent et demandez vous si c’est une peur fondée ou non? Et si la fin du monde était prévue pour dans 3 semaines? “Avec cette perception là, quel est le plus important […]

L’homme nomade

L’homme nomade


GUTE-URLS

Wordpress is loading infos from babelio

Please wait for API server guteurls.de to collect data from
www.babelio.com/livres/Attali-...

Dans cette vaste fresque historique et prospective, Jacques Attali retrace l?histoire de l?humanité comme jamais on ne l?a fait jusqu?à présent.  

UrlPreviewBox

De la différence au jugement

De la différence au jugement

Je ne veux pas me couper totalement de ce qui se passe dans le monde et je ne pourrai pas, ils donnent les infos toutes les demi-heure à la radio et c’est facile la radio, pas besoin de chercher ce que tu veux écouter c’est imposé. Et puis quand j’ouvre mon navigateur j’ai les gros titres directement devant les yeux, je pourrai configurer ça et faire en sorte que non, mais comme je disais je ne veux pas me couper totalement de ce qui se passe autour de moi et dans le monde… Alors de temps en temps, je prends mon gilet de protection, je mets ma sensibilité à l’abri, je prend une grande dose de recul et je m’aventure dans les news des derniers jours et c’est toujours les mêmes claques que je reçois. Agressions, meurtres, suicides, manifestations, grèves, X morts, attentats et je passe beaucoup de qualificatifs que nous pourrions ranger dans cette même étagère. Je lis quotidiennement l’état de la planète, ce qui va, ce qui bouge, ce qui va moins bien, ce qui se met en place. Ces infos me font passer de la tristesse au sourire pendant ma lecture, mais les infos du monde… Je devrais peut-être apprendre à sourire devant les résultats sportifs parce que j’ai le sentiment que c’est la seule partie où ils annoncent du positif. “Ils ont gagné !!” Qui? je m’en moque un peu à vrai dire, ça signifie juste que plein de gens étaient heureux hier soir ! Mais ces infos malheureuses, désastreuses qui font que je tapote ce matin sur mon clavier concernent bien… La différence et le jugement ! Je vais vous donner une information importante que vous n’ignorez probablement pas mais … NOUS SOMMES TOUS DES ÊTRES HUMAINS ! Les agressions parce que pas la même culture, les attentats parce que pas la même religion, les meurtres parce que pas la même façon de penser ! J’aspire à un monde où l’on se regardera avec bienveillance parce que nous aurons pris conscience que ces préjugés ne nous appartiennent pas, nous ne sommes pas nés en nous disant je vais être sur terre et détester cette race, détester cette religion, maudire cette nationalité ou violenter chaque personne qui ne verra pas les choses de la même façon que moi. Je vais citer un livre que je n’ai pas lu et que je ne lirai probablement jamais parce que c’est écrit trop petit et que j’ai vu le film, c’est LA BIBLE ! “Aimons nous les uns les autres!” C’est triste que cette phrase soi tellement reliée à une religion spécifique et que les gens rient parfois en l’entendant. Mais cette simple phrase n’est pas vide de sens ! Croyez moi ou non, mais je vous fais la promesse qu’il est bien plus facile d’aimer quelqu’un que de le détester. Aimer c’est simple, c’est naturel, ça vient de son-soi, ça ne demande AUCUNE énergie ! A l’inverse, détester, maudire, juger et tous les verbes de cette catégorie là, vous bouffent votre énergie, vous bouffent votre temps, vous rongent de l’intérieur, vous brisent le coeur, vous rendent agressif et colérique et ils font naitre en vous ces ressentit qui vous rendent mal. Vivre et ressentir ces verbes là n’est pas bon pour vous ! L’amour nourrit votre coeur, nourrit votre corps des meilleurs énergies, l’amour vous plonge dans des états de bienfaits qui sont tellement agréables. L’amour vous apporte les bonnes choses pour votre bien-être et ça de façon hyper naturelle. L’amour fait naître ce sourire sur votre visage et peut même être un réducteur de certaines de vos rides! Et je vous parle de l’amour universel, pas de celui du couple, celui du parent ou du proche, je vous parle pas d’amitié ou de relations de passage. Je vous parle d’universalité ! Je vous parle de sourire aux gens que vous croiser dans la rue, je vous parle de sourire aux personnes qui croisent votre regard par pur hasard, je vous parle de dire bonjour même si vous ne connaissez pas vos interlocuteurs et je vous parle encore d’êtres humains comme vous et moi ! Je ne suis pas une vieille hippie droguée. J’ai été en colère, j’ai détesté, j’ai maudis, j’ai vociféré contre des gens que je connaissais pas, j’ai refusé de pardonner parce que je voulais haïr à vie, j’ai souhaité le malheur des gens et j’ai même eu des accès de violence à l’égard d’autres êtres humains et surtout à mon égard. Et qu’est ce que ça m’a apporté tout ça?! Une quantité incroyable de choses !!!!! Mais en positif? RIEN !!! Tout ça ne m’a pas rendue heureuse, que du contraire, ça n’a fait que m’éloigner de moi-même, de ces valeurs que je revendiquais étant jeune, de l’humanité que j’avais en moi petite, de cet amour que je voulais vivre et ressentir. Je vais encore vous confier quelque chose que j’espère vous n’ignorez pas mais. “SI VOUS NE VOUS AIMEZ PAS VOUS MÊME, VOUS NE POUVEZ PAS AIMER QUELQU’UN D’AUTRE PLEINEMENT!” Nous avons beau être semblable, nous pouvons nous reconnaitre à travers certaines personnes, nous pouvons trouver des personnes qui pensent comme nous A CERTAINS NIVEAUX. Nous sommes tous différents! TOUS !!!! Nous ne pensons pas pareil sur tout, nous ne voyons pas les choses de la même façon en tout, nous ne vivons pas les choses de la vie de la même façon non plus, nous ne réagissons pas pareil face aux évènements. Nous pouvons emprunter les mêmes chemins, nous pouvons traverser les mêmes histoires, nous n’en ressortiront pas identique! Acceptez nos différences, cultivez vos différences, apprenez des autres et partagez ce que vous vivez. Je ne veux pas rentrer dans les discours moralisateurs, dans les directions à suivre mais je ne dirai qu’une seule chose. AIMEZ-VOUS, VOUS ! Je pense que c’est par là que tout commence, acceptez-vous, vous-même, soyez en accord avec vous-même et ce que vous ressentez. Regardez vous avec bienveillance et apportez vous cet amour que vous attendez des autres. Une fois cette étape accomplie, lorsque vous croisez dans un miroir vous fera autant sourire que quand vous croisez un(e) ami(e). Vous regarderez déjà les autres de façon différente, de façon bienveillante. Et si en plus lorsque vous croiserez quelqu’un qui ne sera pas du coté positif de ses sentiments vous pouvez lui souhaiter […]

Une vérité qui dérange

Une vérité qui dérange

L’ex vice-président Al Gore se consacre à ce qu’il considère comme le but de sa vie après l’échec de l’élection présidentielle américaine de 2000. Il s’implique lui-même dans la lutte contre le réchauffement climatique. Dans la continuité d’une présentation exposée à travers le monde dans sa tournée surnommée « The Slide Show », Gore met en lumière la quasi-unanimité des scientifiques s’accordant sur le réchauffement global de la Terre, débat sur la politique et l’économie du réchauffement global (en)), et décrit les conséquences graves que le changement du climat produira si la quantité de production humaine de gaz à effet de serre n’est pas significativement réduite dans un futur très proche.  

Une suite qui dérange

Une suite qui dérange

L’ex vice-président Al Gore poursuit infatigablement son combat en voyageant autour du monde pour former une armée de défenseurs du climat et exercer son influence sur la politique climatique internationale. Les caméras le suivent en coulisse, saisissent des moments publics et privés, drôles et émouvants : alors que les enjeux n’ont jamais été aussi importants, il défend l’idée que les périls du changement climatique peuvent être surmontés par l’ingéniosité et la passion des hommes.